Retrouvez tous nos articles dans le magazine mensuel Monnaie Magazine, disponible en kiosques.

Les monnaies satiriques

Le 23 juillet 2018

La Rédaction

Les fiches pratiques donnent de précieux renseignements sur la monnaie, son histoire ses coutumes, ses pratiques et ses traditions… La culture numismatique est importante, elle va de pair avec la collection. Elle nous permet de pouvoir saisir toute la richesse et la profondeur de la numismatique. Nous explorons ici un pan particulier de la collection : les monnaies satiriques, qui de tous temps ont raillé nos dirigeants.

© Par François BLANCHET

Les monnaies satiriques sont une collection dans la collection, certains numismates ne s’intéressant qu’à ce type de pièces. Les plus célèbres restent sans aucun doute, celles émises à l’effigie de Napoléon III en 1870, après la défaite de Sedan contre la Prusse, et la perte de l’Alsace et de la Lorraine, annexées par l’Allemagne. De nombreuses monnaies ont alors été frappées, où l’Empereur Napoléon III est représenté avec un « casque à pointe » que portaient les soldats allemands à l’image de leur Empereur Bismarck, pour dénoncer l’impuissance de Napoléon III dans ce conflit entre les deux pays, et aussi sa traîtrise vis-à-vis du peuple de France. D’autres monnaies le représentent avec des slogans peu flatteurs, l’accusant de lâcheté après l’utilisation par la France du drapeau blanc à Sedan pour arrêter les combats, et son emprisonnement volontaire.

Pour représenter l’Empereur français, on trouve les légendes « vampire de la France » ou encore « misérable ». Ces gravures satiriques sont, dans leur majorité, réalisées sur des monnaies officielles déjà existantes, où le buste de Napoléon III à l’avers, est retaillé et surchargé, et où des effigies diverses sont ajoutées ou supprimées. Le processus est utilisé sur de nombreuses pièces de cette période (5, 10 centimes, 2 et 5 Francs), surtout en bronze, mais aussi en argent. Certaines frappes ont également eu lieu sur des monnaies artisanales, spécialement fabriquées pour l’occasion.

Napoléon III - SEDAN NAPOLEON III, SEDAN - Module satirique de 10 Centimes

Retrouvez cette pièce ICI

 

« Dieu punira la France »

On trouve également des monnaies satiriques plus anciennes, comme par exemple celles émises en moins grand nombre, sous les règnes de Charles X et de Louis-Philippe. Pour ces deux cas, ce sont essentiellement les tranches des monnaies qui sont utilisées et non les faces avers et revers. On trouve ainsi sur les tranches, la mention « Dieu protège la France », remplacée par « Dieu punira la France », ou « Dieu protégea la France ». Il faut noter aussi que de nombreuses médailles satiriques, ont été émises parallèlement aux monnaies. Leur but était identique : se moquer des Rois et des Empereurs.

Si on remonte encore le temps, on retrouve également des monnaies satiriques émises dans l’antiquité romaine, toujours dans le but de railler les souverains de l’époque, tout comme au Moyen Age, à la Renaissance, et pendant la période moderne. A noter que le papier-monnaie n’est pas en reste, et que des billets satiriques ont également été imprimés. On y voit des surcharges, comme par exemple des moustaches ajoutées sur le visage d’un personnage.

Les monnaies satiriques peuvent devenir l’objet d’une collection thématique, car on en trouve régulièrement dans les diverses ventes françaises, sur les sites Internet spécialisés, et dans les salons et bourses de l’Hexagone. Il reste donc assez simple de s’en procurer aujourd’hui. Toutes ces pièces sont différentes, car elles ont été réalisées à la main. Chaque exemplaire reste donc unique, c’est ce qui fait tout le charme et tout l’intérêt de cette série thématique.

Lire l'interview de Christian SCHWEYER sur son livre Histoire des monnaies satiriques, paru  aux Éditions Carmanos-Commios en 2016 ICI

Nous utilisons des cookies pour faire fonctionner notre site internet et améliorer son utilisation. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus.